(0)
Business models

« L’alliance avec la multitude l’emportera »

  • Nicolas Colin
    Cofondateur et associé de The Family

Fondée sur l’exploitation de la créativité des développeurs et de « la multitude », une nouvelle donne économique se met en place, ouvrant le champ des possibles à toutes les entreprises qui sauront en tirer parti. Ingénieur et énarque, Nicolas Colin, reconnu comme l’un des experts français de l’économie numérique, revient sur les changements en cours, et à attendre dans les années à venir.

Propos recueillis par Olivier Bitoun

Alliancy, le mag. Sur votre blog*, vous écrivez que, pour les entreprises d’une filière où la transition numérique est en cours, l’enjeu est moins la transformation interne que le redéploiement. Que voulez-vous dire ?

Nicolas Colin. Pour une entreprise, la première question à se poser est de savoir comment elle doit se repositionner à l’intérieur de la filière à laquelle elle appartient et qui vit sa transformation. C’est seulement ensuite qu’elle se transformera en interne. Autrement dit, il ne faut pas plonger d’emblée dans tous les grands chantiers internes comme les ressources humaines ou l’organigramme. Quand on procède ainsi – sans tenir compte de la façon dont la valeur ajoutée se déplace dans la filière –, l’entreprise à l’arrivée est la même, avec juste un peu plus de babyfoot dans un coin et un peu moins de cravates dans les réunions.

Des entreprises ont-elles déjà réussi ce redéploiement ?

L’une d’elles y est arrivée par accident. Nespresso est aujourd’hui une entreprise numérique parce que ses clients commandent majoritairement leurs capsules depuis leurs mobiles ou le site Web. Nespresso a par ailleurs une connaissance personnelle de chacun de ses clients. C’est la fameuse pub avec George Clooney, « a volluto, right ? »… Ce n’est pas seulement de la communication. Il est si facile de garder la trace des commandes, de détecter des récurrences quand on distribue en ligne. Mais, chez Nespresso, tout cela est arrivé un peu par hasard. Il a fallu inventer une machine ; que quelqu’un ait l’idée de créer un club, puis que le club soit adopté par les consommateurs…

Ceci est un extrait. Pour lire la contribution en intégralité, commandez le hors-série « Vivre et travailler en 2030 »
(0)
Cet article vous a plu ? Retrouvez une sélection des meilleures contributions dans notre hors-série.

Commentaires (0)

Pas encore de commentaires

Commenter cette page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.