(1)
Business models

La nouvelle expérience du travail

  • Emmanuel Schupp
    Country Manager France

Une étude (1) vient de révéler que 74 % des salariés interrogés souhaiteraient quitter leur travail. Et chaque année, de nouvelles études font état d’un mécontentement général de la plupart des salariés, tous secteurs confondus, à travers le monde. Et les histoires de « burn out » sont malheureusement courantes.

Mais alors que pouvons-nous imaginer de l’avenir ? Qu’attendent les employés et les employeurs ?

Nouvel environnement de travail et mobilité

Les espaces de travail seront virtualisés. Pour retenir et attirer les talents, les entreprises devront s’efforcer d’améliorer l’expérience utilisateur au travers d’espaces de travail optimisés dans les situations de mobilité.

Le télétravail sera largement pratiqué et augmentera notre productivité. Une récente étude (2) a révélé qu’1/3 des entreprises comptera déjà 50 % de travailleurs à distance d’ici à 2020. Les bureaux sont en effet devenus des usines à interruptions.

Reconnaissons-le, nous sommes victimes « d’info-toxification » et connaissons une importante perte de productivité causée par les centaines d’emails que nous recevons et le nombre important de réunions organisées. Un employé perd 4,8h par jour, lorsque l’on tient compte du temps perdu par les interruptions (56 interruptions par jour en moyenne), mais aussi en réunion (sur les 62 heures passées par mois en réunion, la moitié serait inutile), et le temps consacré aux emails (30% de notre temps est consacré aux emails, dont la moitié n’est pas utile).

Dans ce flot d’informations, l’avantage reviendra aux employés et aux entreprises qui mettront en place de bonnes pratiques : tri des emails, réunions plus courtes…

A la recherche d’un nouvel équilibre pro/perso

Nouvelles générations, nouvelles attentes. Le travail ne sera plus une routine, mais une expérience. En 2030, les Millennials ne travailleront plus uniquement pour gagner de l’argent mais avant tout pour vivre une expérience. Le travail sera alors vécu comme un moment privilégié pour se construire, découvrir et se réaliser, et ne sera plus subit.

Besoin de flexibilité. Les nouvelles générations accorderont davantage d’importance à leur équilibre vie professionnelle – vie privée. Tout comme nous parlons aujourd’hui de rééquilibrer notre vie privée et notre vie professionnelle, nous parlerons de rééquilibrer notre charge de travail afin d’augmenter notre productivité, et de récupérer les 4,8h perdues par jour : en réduisant nos déplacements quotidiens pour aller et venir du bureau, en réduisant les temps de réunions, ou encore en réorganisant les équipes en plus petits groupes.

Le travail en freelance, qui répond à un besoin de contrôle du temps, de liberté et d’indépendance, connaîtra un réel succès d’ici à 15 ans. Alors qu’auparavant un salarié pouvait rester attaché à une entreprise durant toute sa carrière, le salarié devient de moins en moins fidèle et cherche avant tout à diversifier ses expériences.

De plus, cette tendance aura très clairement un impact sur les rythmes de travail des employés. Adieu les journées 9h/17h classiques, les entreprises attendront des employés une disponibilité sans faille, et ce 24h/24h avec des employés « à la demande », même le weekend. Peu importe à quel moment de la journée le salarié travaille, du principe qu’il respecte ses objectifs.

Redéfinition des lieux de travail

Place à la mobilité. Il ne s’agira donc plus de travailler à un endroit précis mais de travailler en condition de mobilité. Nous voyons déjà cette tendance se dessiner grâce au BYOD, pratiqué depuis quelques années outre atlantique. Le bureau ne sera plus l’endroit privilégié et l’on pourra travailler depuis des espaces de co-working, ou depuis n’importe quel endroit connecté à travers le monde.

Nous pouvons d’ores et déjà voir cette tendance se dessiner avec l’essor des « digital nomads » : ces salariés ayant réussi à adopter un style de vie nomade tout en travaillant à distance et ce, sans se sentir exclus.

Nous croyons que la nouvelle norme renversera la balance : 20 % des employés continueront de travailler selon un schéma classique lorsque 80 % privilégieront des espaces de travail non traditionnels à l’extérieur(2). Ce choix se révélera bénéfique puisque les open spaces tels que nous les connaissons aujourd’hui entravent beaucoup la productivité des employés en raison d’interruptions et de distractions ; de fait, les employés sont les plus efficaces lorsqu’ils ont le choix de travailler quand ils veulent et où ils se trouvent les plus performants.

Mais si les outils collaboratifs et l’évolution des mentalités changeront notre conception du travail et favoriseront le travail à distance, le besoin d’être visible et de travailler ensemble sera bien présent. En effet, pas question de penser que le télétravail favorise l’isolation : il s’agit bien là d’un travail collaboratif avec une dimension communautaire omniprésente. L’utilisation des nouvelles technologies comme les réseaux sociaux d’entreprise (RSE), la présence virtuelle, la télé présence ou les caméras permettront aux équipes de travailler en équipe en mode « multi-devices ».

D’ici 2030, les nouvelles technologies auront participé de façon conséquente au bien-être des employés et à l’amélioration de la productivité des entreprises, mais le changement sera surtout dû à un besoin d’épanouissement des salariés.

L’espace de travail aura évolué : le travail ne sera plus un lieu mais une activité, quel que soit l’endroit et le moment où l’employé l’accomplira.

*

Bibliograhie

(1) http://switchandshift.com/employee-engagement-is-the-solution

(2) https://www.citrix.com/articles-and-insights/trends-and-innovation/may-2015/2020-technology-landscape.html

Biographie

Après avoir débuté sa carrière au sein d’un fournisseur international d’équipements de cœur de réseau pour les opérateurs, Emmanuel Schupp rejoint en Juillet 2000 le constructeur Cisco et participe au développement et à la commercialisation des réseaux « Triple Play » en Europe du Sud. En 2004, il rejoint la direction commerciale channel de la région Afrique et Moyen Orient pour fonder le réseau de partenaires à même de promouvoir les nouvelles technologies Cisco dans la région. Il rejoint Citrix en 2012 pour prendre la direction commerciale de l’offre réseau et mobilité en Europe de l’Ouest et devient en 2015 Country Manager France avec le projet d’imposer les solutions de l’éditeur dans un marché à fort potentiel.

(1)
Cet article vous a plu ? Retrouvez une sélection des meilleures contributions dans notre hors-série.

Commentaires (1)

  • Schupp
    27.10.2015

    Le télétravail ne risque pas de favoriser l’isolation (sauf s’il est trop energisant) mais je n’espère pas non plus trop favorable à l’isolement !

Commenter cette page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.