(1)
Business models

L’apprentissage mobile

  • Markus Witte
    Co-fondateur et PDG de Babbel

Avec un Internet largement démocratisé, une révolution de la façon dont nous apprenons et accédons au savoir dessine déjà les contours d’un nouveau rapport à l’éducation tel que nous le connaîtrons en 2030. La décennie 2010 marque un tournant, faisant de chacun un acteur de sa propre formation tout au long de sa vie. Le temps où les savoirs étaient acquis dans sa jeunesse pour la vie est révolu. Ce nouveau rapport entre l’individu et l’apprentissage s’est traduit par l’approche de nombreuses expérimentations plus ou moins réussies: « l’école inversée »(1), les MOOC ou encore l’apprentissage mobile. Pour ce dernier, […]

Ceci est un extrait. Pour lire la contribution en intégralité, commandez le hors-série « Vivre et travailler en 2030 »
(1)
Cet article vous a plu ? Retrouvez une sélection des meilleures contributions dans notre hors-série.

Commentaires (1)

  • grepauly
    13.11.2015

    Bonjour,

    Vous parlez d’enseignement supérieur, et de formation tout au long de la vie mais mais je ne vois nulle trace de vos avis concernant l’école primaire, maternelle, du collège et lycée ?

    Nous n’avons pas attendus 2030 ni les NTIC pour être acteur de sa formation
    En Angleterre Alexandre S Neil, avec son école Summerhill a pu mettre en place un cadre propice à l’apprentissage par sa liberté des enfants.
    En France Les CEMEA créé en 1937 se basent du des méthodes d’éducation active. La plupart des organismes qui propose des formations BAFA mettent en avant le stagiaire acteur de sa formation.

    Je me permet de tiquer à la phrase « de la traditionnelle salle de classe un lieu d’éducation parmi d’autres. « . Celà a toujours été le cas : l’enfant (et même les adultes ?) vit constamment en situation d’apprentissage, qu’il soit en classe ou non (les discussion lors des promenades dans la foret sont bien plus instructifs que des images montrées en classe).
    Utiliser les temps de transport ou d’attente pour apprendre ? Moi je les utilise pour discuter, lire, écouter, bref découvrir, et ça c’est de l’apprentissage.
    Quand on sait qu’il faut plusieurs minutes pour se concentrer sur une tâche, sur un temps de 15 minutes devant un petit écran avec pleins de sollicitation extérieures, quel serait le temps réel d’apprentissage, et surtout qu’est-ce que notre activité nous a empêcher de faire ?

    Bref, je trouve que cet article c’est parler pour ne rien dire et pour s’écouter parler.

Commenter cette page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.