(0)
Outils

Quels seront les enjeux des industries agroalimentaire d’ici 2030 ?

  • Jean-Louis Henriot
    PDG de Lascom

L’agriculture et l’agroalimentaire sont assurément des secteurs d’avenir. D’une part parce que d’ici à 2030 la population mondiale devrait augmenter et d’autre part la hausse du cours des matières premières n’est pas prête de s’arrêter.

En 2030, nos aliments seront à la fois très naturels et en même temps une palette de produits artificiels très technologiques viendra compléter notre alimentation. Face à ces nouvelles tendances alimentaires les marques traditionnelles devront faire appel à des sous-traitants qu’elles n’imaginent pas et ne connaissent pas aujourd’hui.

La réglementation devra s’adapter et deviendra de plus en plus évoluée pour répondre à des besoins de complexité et de sécurité. De plus, les attentes des consommateurs en matière de qualité et de transparence ne cessent de croître d’année en année.

Ces enjeux bouleversent la chaîne de valeur, et la collaboration sera la règle dans l’innovation.

La France qui ne représente que 3,8% de la production mondiale aujourd’hui restera un leader grâce à l’image de marque de sa haute cuisine et de l’excellence de son savoir-faire.

Les débouchés liés à l’innovation lui permettront de prendre des parts de marché significatives et un développement comparables à ce qu’elle a réussi dans les vins et spiritueux, où la France reste actuellement le leader mondial des exportations de vins. Le « Made in France » et le savoir-faire français sont des éléments clairs de différenciation et des atouts concurrentiels décisifs.

Dans l’enquête KPMG VALORIAL de 2014, on découvre que les entreprises interrogées sur leur processus d’innovation, ont tendance à réduire le champ de leurs innovations aux nouveaux produits, tirées par les demandes des marchés alimentaires extrêmement diversifiés. Cette approche largement « Market Pull » plutôt que « Technology Push » masque un périmètre d’innovation bien plus large dont les entreprises gagneraient à prendre conscience.

Aujourd’hui ce sont près de 55% des entreprises françaises qui innovent dans l’alimentaire mais seulement 42% considèrent l’innovation comme une stratégie d’entreprise à part entière.

Pour se différencier il faudra donc travailler à la fois sur la marque, sur l’innovation et sur l’internationalisation ; cela deviendra très compliqué pour les entreprises qui ont de simples stratégies de volume.

En tant qu’éditeur, Lascom est bien positionné à l’export ; La société Lascom est maintenant présente au cœur de la chaîne de valeur : « innovation, réglementaire, internationalisation. » Après avoir pris un pied sur le marché des industriels, elle est aujourd’hui présente chez les grands distributeurs.

Si sa technologie lui a permis de pénétrer le marché, elle doit maintenant devenir un fournisseur de services de haute technologie sur le marché alimentaire : innovation, réglementation, collaboration. Le logiciel ne sera qu’un support à des services clé pour la chaine de valeur.

Aujourd’hui encore, beaucoup trop d’entreprises du secteur de l’alimentaire et des biens de grande consommation sous-estiment l’impact potentiel des solutions informatiques.

Face aux enjeux stratégiques des années à venir que sont l’innovation, l’internationalisation et les réglementations, avoir une vision globale de son système d’information devient une nécessité pour les industries alimentaires.

Biographie

Jean-Louis Henriot est le président fondateur de Lascom, éditeur de logiciel PLM (Product Lifecycle Management).

Ingénieur diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications, il travaille d’abord pour la société anglaise Muirhead, spécialisée à l’époque dans les outils de télécommunications pour la presse. En 1981, il crée la société Myfra, En 1988, la société Sepsi prend le contrôle de Myfra et Jean-Louis Henriot rejoint le groupe Métrologie pour fonder LASCOM et positionner l’entreprise comme un éditeur incontournable du PLM.

En 2009, il relève le challenge de placer Lascom CPG parmi les premières solutions de « gestion d’information produits » choisies par les sociétés agroalimentaires américaines.

(0)
Cet article vous a plu ? Retrouvez une sélection des meilleures contributions dans notre hors-série.

Commentaires (0)

Pas encore de commentaires

Commenter cette page

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.